2021

Rats
Jérôme Baccaglio

Everything Looks like a Nail
Silicon Malley

STOIC
Melanie Akeret




2020

This happened or maybe it did not. The time is long past and much is forgot.
Matthias Liechti

JONNY'S MESS DIVIDED
Marie Gyger

DEMANDS & SUPPLIES
Matthieu Laurette



2019

Rupture de Stock
Dac Hanh Nguyen

Exposition Collective
Thomas Julier & Miriam Laura Leonardi, Charly Mirambeau, Ceylan Öztrük, Caroline Schattling Villeval, Kelly Tissot - - proposée par Paolo Baggi

Saynètes
Adrien Chevalley

Un vendredi à la campagne.
Les champs de blé s'étendaient à l'infini.

Andreas Hochuli



2018

On Italian museography...
Koenraad Dedobbeleer, Antonios Prokos, David Viladomiu, Lerna Bagdjian, Eric Bonhôte, Lois Bouche, Svenja Clausen, Noé Cuendet, Vincent Dorfmann, Florent Dubois, Floriane Fol, Fanny Frykberg Wallin, Alexandra Fuchs, Eva Hürlimann, Valentine Jaques, Valdrin Jashari, Daniela Lopes Peñaloza, Nina Mosca, Marion Moutal, Philippine Radat, Germán Ribera Marín, Valentine Robin, Felix Spangenberg, Constance Steinfels, Annabelle Thüring

omnipresent
omnipresent.space

Chemical Charm
Katie Lenanton, Raphaëlle Mueller and Sarah Sandler
with Honkasalo-Niemi-Virtanen

WORK SUCKS
Gabriele Garavaglia



2017

A Game You Just Can't Win
Francisco Gonzales

BREAK(FEAST)
Lauren Coullard

Terrasse 2017—
Alfredo Aceto, Virginia Ariu, Diego de Atucha, Josse Bailly, Rose Ballmer, Jacques Bonnard, Paul Bonnet, Fabian Boschung, Noémie Boulon, Francesco Cagnin, Corentin Canesson & Damien Le Dévédec, Loucia Carlier, Christophe de Rohan Chabot, Lorraine Châteaux, Adrien Chevalley, Aisha Christison, Philippe Decrauzat, Nicolas Degrange, Basile Dinbergs, Natacha Donzé, Guillaume Ehinger, Lucas Erin, Agnès Ferla, Pierre Girardin, Gitte Hendrikx, Simone Holliger, Thomas Jeppe, Thomas Koenig, Stéphane Kropf, Elise Lammer, Tristan Lavoyer, Renaud Loda, Francois Mark, Guy Meldem, Guillaume Pilet, Sabrina Röthlisberger, Jessica Russ, Matthias Sohr, Sylvain Croci-Torti, Sébastien Verdon, Paulo Wirz, Alicia Zaton...

C.R.P.
Damián Navarro

andcl
Romain Hamard

Social Club
Lucas Uhlmann

"I love it like I love things you maybe shouldn’t love"
Aline Acevedo
Arnaud Barras
Flurina Casty
Céline Heini
Hlengiwe Lushaba Madlala
Simon Lyxzen

free time
Demelza Watts

You make the program of life, you make the program
Real Madrid

Terrasse 2013—2017
Mixed media, 300 × 300 × 125 cm, 2017




2016

Cluster
César Chevalier
Noémie Vulpian

omni / snippet
Jérôme Baccaglio et Guillaume Dénervaud

Henry Codax
Henry Codax

Autonomous Device
Sarah Margnetti

Suite
Nicolas Degrange

press the light :
start the show

Antonin Fassio

Scenes from Salad
Jean–Charles Delarue



2015

Death of the Shambls
Alfredo Aceto, Anonymes, Jérôme Baccaglio, Josse Bailly, Emile Barret – Maya Rochat, Céline Burnand, Mathieu Cart, Guillaume Ehinger, Giulia Essyad, Yan-Luc Ming, Emanuele Marcuccio, Sophie Nys, Pierre Vadi, Gaia Vincensini, Jodie Zbinden

1
Robin Lebey

Guitare, Tanpura et Tabla électronique.
Myriam Stamoulis

62 clous
Jean-Luc Manz

En territoire ennemi (waste session), 2015
284×255 cm
Huile sur toile
Mathieu Dafflon

Concert & Poster
Simon Rivière

CCI
Thomas Baud, Giulia Essyad, Thomas Koenig, Thomas Vogel, Laura Zalewski & Guillaume de Nadaï






Silicon Malley
Silicon Malley is an artist-run-space designed since 2015 as a suite of “carte blanche” for artists, musicians, performers, curators, theorists and collectives. Silicon Malley is a white parallelepiped rectangle that has been designed to leave the greatest freedom of action, with regards to the mediation or the broadcast of a public presentation. Silicon Malley has organised about thirty exhibitions, performances, concerts since its inception, with artists from local and international scenes (Jean-Luc Manz, Sarah Margnetti, Henry Codax, Real Madrid, Lauren Coullard, Gabriele Garavaglia, Alienze). Silicon Malley is supported by the Nestlé Foundation for Art for the exhibitions 2020-2021

Team: Grégoire Bolay, Julien Fischer, Arthur Fouray, Frédéric Gabioud, Paul Limoujoux, Baker Wardlaw.


.


    Grichka Commaret
    derma off


    Vernissage : 10.09.2022 17–21h         
    Exposition : 11.09–22.10.2022


Cette note que j’avais récupérée il y a plusieurs années était tombée d’un paquet de vieux dessins lors de mon dernier déménagement. Je me souviens l’avoir mise dans ma poche, sans trop de raison. En cherchant des pièces pour payer mon allongé ce matin, je l’ai retrouvée, abîmée par un passage en machine.

«Aux Résidents du 21. Av. Max. R. Ce mot m’est dicté par cette petite salle encombrée de déchets au RDC, ce débarras obscur que tout le monde refuse de voir. Sa voix sombre et enrouée vous rappelle à l’ordre. Respectez les règles du jeu !».

Le tracé volontaire des lettres me rappelle un voisin désagréable dont le visage est, dans mon esprit, irrémédiablement associé aux M qui forment des pics agressifs. Le serveur me rend la monnaie. L’ histoire débute par le bruit des pièces sur la table.

6 avait remarqué qu'un petit trou était apparu au cœur de sa paume. Il s’amusait à faire passer la fumée de sa boisson encore chaude au travers. La réunion battait son plein, mais les discussions animées de ses collègues ne l’intéressait plus. L’intensité des contrastes présents sur les graphiques était sans équivoque : l’immeuble s’était élargi de plus de vingt centimètres en trente ans détruisant l’ensemble des installations électriques et canalisations. 6 avait l’intime conviction que ce phénomène était lié à ce qu’il se passait dans sa main et que les dogmes architecturaux ne seraient d’aucune utilité dans la résolution de cette catastrophe. La réponse était là, dans ce paysage dévasté qu’il observait par ce petit trou, ciblant tous les détails comme un photographe. Ce jeu hypnotique l’avait amené à faire quelques découvertes : certains habitants semblaient coincés entre deux murs, d’autres se cognaient indéfiniment contre les façades, tous semblaient définitivement désorientés. La force inconnue qui tira sa main vers la cime du bâtiment avait un parfum de vérité. 6 devenu 9 était saisi : un nouvel étage avait poussé durant la nuit, né du désir d’émancipation des matériaux.

Sans m’en rendre compte, un groupe de touristes s’est attroupé devant le café. Je décide de partir. La paume endolorie, je marche sans savoir où rentrer.
    
    avec le soutien de la Ville de Lausanne.